L’autorisation de découvert bancaire

Avec l’ouverture d’un compte courant, c’est souvent une autorisation de découvert bancaire qui est négociée. Celle-ci fait partie de tous les éléments et services qui composent le compte et qui sont bien souvent à voir et négocier au moment de son ouverture afin d’obtenir les meilleures conditions pour une utilisation correspondant à ses besoins et à moindre coût.

Il est d’ailleurs souvent plus facile d’en discuter lors d’un rendez-vous en faisant valoir les différents points en sa faveur. Car tout est souvent basé sur les bonnes relations avec son conseiller qui dispose toujours d’une certaine marge de négociation. Autant alors prendre l’habitude de ces relations courtoises pour se faire connaître auprès de chaque nouveau conseiller, généralement en poste pour une durée de seulement trois à cinq ans.

Le montant du découvert bancaire est noté dans la convention d’ouverture de compte, obligatoire depuis 2009, tout comme le taux défini pour le règlement des agios.

<>L’utilité du découvert bancaire<>

La première chose à retenir concernant un découvert bancaire autorisé, est que celui-ci ne doit correspondre qu’à une avance de trésorerie. Il doit s’avérer en rapport avec ses revenus. En effet, il est impératif que ce dernier soit recouvert régulièrement sous peine de se voir inscrit sur le fichier de la Banque de France.

Son utilité est ainsi multiple puisque permettant de faire face à certaines dépenses ou anticiper un achat en attendant une rentrée d’argent programmée. Cependant, dans le cas où il deviendrait fréquent, vient alors la question de savoir s’il n’est pas plus avantageux de réaliser un crédit à la consommation.

Dans tous les cas, un découvert autorisé est toujours bien moins coûteux que le paiement d’agios pour l’enregistrement d’un solde négatif sur son compte, sans aval de l’établissement bancaire.

Souvent, sa négociation s’accompagne d’autres services également négociables.

<>Un découvert bancaire à négocier<>

Plusieurs éléments jouent dans la négociation d’un découvert bancaire. Ainsi, le premier d’entre eux est l’ancienneté enregistrée dans l’établissement.

L’autre point est bien évidemment de procéder à cette négociation lorsque l’on dispose d’une situation financière saine. Il est ainsi bien plus facile de mener les discussions en faisant prévaloir sa bonne santé financière. C’est également l’occasion de revoir les conditions préalablement attribuées pour, une nouvelle fois, les rendre plus avantageuses.

Enfin, posséder plusieurs comptes dans le même établissement financier est également particulièrement apprécié. Cela est valable pour les comptes courants, par exemple avec un compte joint, mais aussi pour les livrets d’épargne, qu’il s’agisse de livrets réglementés ou libres. Ceux-ci constituent en effet une épargne rassurante pour le banquier, qui symbolise également la fidélité du client.

Enfin, il est important que l’établissement bancaire puisse joindre facilement le détenteur d’un compte courant. En effet, cette simple précaution permet bien souvent d’être informé rapidement de la situation en négatif de son compte pour pouvoir y remédier dans les plus brefs délais ou, à l’inverse, trouver une solution dès cet instant avec le conseiller.

article publié le 17/09/2010 dans la catégorie Dossiers